Formation des PES et animations pédagogiques 2017-2018 - Compte-rendu 1ère partie
Publié; le 8 juillet 2017 | snudi FO

CR du Conseil de Formation du jeudi 29 juin

FORMATION INITIALE DES PES :

Compte rendu du Conseil de Formation du jeudi 29 juin.

MARDI 4 JUILLET 2017 MARION ADLOFF, FABIEN VASSELIN



Le conseil de formation s’est tenu en présence de M. Artaud (IEN-A), M. Bonnet (IEN Montmorillon), Mme Castel (IEN Poitiers Sud), Madame Vinel (IPR EPS, chargée

de la formation au Rectorat à la DAFOP), trois directeurs d’écoles d’application (DEA), Mme Desports (CPD : conseillère pédagogique départementale), M. Févin (directeur de l’ESPE de Poitiers). Marion Adloff et Fabien Vasselin représentaient la FNEC-FP-FO et le Snudi-FO.



Un compte rendu vous sera adressé ultérieurement sur l’autre volet de ce conseil de formation (formation continue, animations pédagogiques et magistère).



BILAN 2016-2017 / DISPOSITIF 2017-2018 :

74 stagiaires sont pour le moment recrutés pour 2017-2018. En attendant la réponse du Ministère pour un éventuel recrutement de candidats au CRPE reçus sur la Liste Complémentaire (LC). Les LC qui seraient recrutés s’intégreraient au dispositif PES, et ne seraient donc pas à temps plein en classe.



Les stagiaires seront en binôme sur un poste réservé avec une nouvelle alternance classe/ESPE. Ils seront :

  • ensemble sur leur classe la première semaine

  • en alternance 2j/3j par semaine jusqu’au 6 octobre 2017 (vacances d’automne)

  • en alternance 1 semaine/1semaine jusqu’au 15 janvier 2018

  • en alternance 2 semaines / 2 semaines jusqu’au 29 juin 2018.

  • en binôme la première semaine de juillet 2018.



Le dispositif PES est donc largement modifié : le Rectorat et l’ESPE le calquent sur celui de l’académie de Rennes. Les stagiaires 2016-2017 ont été consultés : le dispositif veut répondre à leurs demandes. Mais on en est loin !



FO se félicite d’avoir été entendue sur plusieurs points :

- les PES n’auront plus cours les mercredis, il n’y aura pas de cours sur les vacances scolaires ;

- le suivi d’un même binôme de PES sera assuré par un même binôme de référent et tuteur.



Toutefois les PES continueront à faire leur pré-rentrée gratuitement. En effet leur formation commencera sur la dernière semaine d’août, alors qu’ils ne commenceront à être payés que le 1er septembre. FO ne considère pas que nécessité fait loi, et juge ce procédé inadmissible !

Par ailleurs les mercredis après-midi des PES ne seront pas libérés (ni même consacrés à la correction et préparation de classe), puisqu’ils auront à consacrer ces après-midi à la coordination et la transmission de la classe à l’autre moitié de leur binôme, et à des rencontres avec leurs tuteurs.

Il n’y a pas d’allègement du travail qui leur est accordé : il s’agit d’une autre répartition. Les PES restent par exemple contraints de faire 9h00 d’animation pédagogique par an, et même plus. Si leur participation aux conseils écoles-collège est facultative comme pour tous les PE, nous ne doutons pas qu’il continuera à s’exercer sur eux une pression importante et un chantage à la titularisation pour que les PES y participent.

Pour FO il n’est pas prioritaire que les stagiaires participent aux animations de circonscription : il aurait été bienvenu qu’ils en soient dispensés.



Commentaire FO : ce nouveau dispositif qui semble répondre aux remarques des PES des années antérieures, n’a pas fait l’unanimité (loin de là) chez les stagiaires qui l’ont déjà expérimenté dans d’autres académies. Il pose par ailleurs plusieurs questions :



1- A de multiples reprises des PES ont eu ces dernières années à subir des relations difficiles avec des parents d’élèves n’acceptant que très difficilement de confier leurs enfants à des enseignants en formation.

FO s’inquiète que ce soit nos collègues (PES et directeurs) qui se trouveront en première ligne pour tenter de le justifier auprès des parents d’élèves.

FO constate que la formation intiale précédent la masterisation, avec ¼ du service en classe en stage massé de 2 ou 3 semaines, et ¾ en formation, protégeait mieux l’entrée dans le métier des stagiaires, et permettait par ailleurs des départs en formation pour les collègues qui laissaient leur classe aux stagiaires.

La masterisation a pour conséquences d’utiliser les stagiaires comme moyens d’enseignement (10.000 postes de PE sont ainsi économisés), et de réduire à peau de chagrin la formation continue des PE titulaires.



2- Avec le système de 2016-2017, les PES pouvaient se répartir les disciplines d’enseignement à 50/50. L’IEN-A a répondu à FO que chaque binôme, en fonction des niveaux de classe pourrait s’adapter. Il n’exclut pas malgré ce dispositif que les PES puissent se répartir les différents domaines disciplinaires (ex : un PES prend histoire/géographie et l’autre PES science, l’un vocabulaire, l’autre conjugaison, etc.).

Les mercredis après-midi libérés pourront être utilisés pour assurer cette transmission, en présence ou non de leur tuteur.



Suivi des stages école :

Les 2 PES d’un binôme de PES auront le même binôme de formateurs contrairement à cette année. Le binôme formateur sera composé de :

  • 1 référent enseignant de l’ESPE ;

  • 1 tuteur PEMF, CPD, référent numérique ou DEA.

Les PES auront :

  • 3 visites minimum par an ;

  • 2 épreuves orales de stage (janvier et mai) ;

  • 1 rapport du tuteur en fin d’année ;

  • le suivi des stages par les DEA, CPC et IEN-A.



Logiciel MUSE, dossier individuel, stagiaire en difficulté :

En cas de difficulté d’un stagiaire, avant la mise en place d’un accompagnement complémentaire, et afin de déterminer l’accompagnement adapté, le PES aura :

  • une visite possible par un DEA ;

  • un stage d’observation dans une classe de même cycle.



Mme Vinel indique que le logiciel MUSE, utilisé pour les stagiaires certifiés (collèges, lycées), devrait être étendu aux PES à la rentrée.

Elle n’a pas pu indiquer précisément à FO comment les stagiaires pourront accéder à leur dossier, si ce serait par l’intranet ou par un code personnel, mais a répondu que cela devrait leur être précisé par mail.



Les formateurs et directeurs auront également accès au dossier du stagiaire pour le consulter, et pourront le compléter, afin de suivre le stagiaire, permettre la circulation des informations, mais aussi alerter les tuteurs et l’ESPE en cas de problème.

FO s’inquiète du moyen de surveillance et de pression supplémentaire que constitue cette application. N’hésitez pas à nous signaler toute dérive liée à ce dispositif.



Stage en observation de fin d’année 2016-2017 :

L’IEN-A a indiqué son dépit des trop nombreuses désinscriptions à ce stage. Plus d’un tiers des PES ont annulé leur participation.

L’IEN-A a déploré ces désinscriptions qu’il a jugées pour certaines injustifiées, et souvent de dernière minute. Il les a regrettées d’autant plus que « Mme Desport a fait un travail important pour organiser ces stages ».

FO a tenu à rappeler qu’il n’est pas demandé un travail trop important (et parfois inutile) qu’à Mme Desport.

FO a rappelé que la caractère non-obligatoire n’avait pas été assez mis en avant pour les PES : beaucoup pensaient leur participation obligatoire.

FO a rappelé que le problème principal réside dans les dates retenues, portées à la connaissance des stagiaires à la dernière minute : d’où des désinscriptions à la dernière minute CQFD. Certains PES avaient prévu des sorties avec leur classe, des rencontres dans leur nouvelle école, des rencontres USEP, des participations à des voyages scolaires, etc.

M. Févin pour l’ESPE a reconnu ces difficultés.



FO a indiqué que la position de l’IEN-A de refuser des absences d’une journée sur ces stages de 4 jours avait également eu pour effet d’entrainer de nombreux désistements.

FO a fait remarquer une position trop rigide sur les demandes d’absence : c’est la cause de la majorité des désinscriptions.



Mme Vinel (DAFOP) a estimé  « qu’un taux de participation des 2/3 pour un stage facultatif non rémunéré était malgré tout un très bon résultat » ( !).



Stage en observation de fin d’année 2017-2018 :

L’IEN-A a indiqué vouloir poursuivre ces stages en observation pour juin prochain. Il estime qu’il s’agit d’une demande des PES.

Notons que la véritable demande des PES est en réalité de pouvoir aller en stage en observation… mais en septembre, au début de leur année de stage, avant leur prise en main de classe.

FO a demandé que le caractère facultatif des stages de juin soit bien mis en évidence à l’avenir.

L’IEN-A et M. Févin ont indiqué vouloir remédier aux difficultés rencontrées cette année.



Dispositif ESPE-Formateurs :

4 PEMF (Professeur des Ecoles Maître Formateur) ont ½ décharge :

- 50% de temps de formation à l’ESPE

- 50% de temps école, avec parfois une décharge de PEMF sur leur école.

IEN, CPD et CPC (conseillers pédagogiques de circonscription).



Ateliers pratiques pédagogiques :

Ils auront lieu de décembre à mars/avril pour la première session : il s’agira d’observations en fond de classe d’un PEMF, avec ensuite un debriefing. Les PES construiront ensuite une séance, qu’ils feront la semaine suivante.

Volume : 2x3heures à une semaine d’intervalle.

Une seconde session est prévue, mais pour des problèmes d’organisation et de coût l’observation pourrait avoir lieu en vidéo.



Conclusion FO :

Pour FO le nouveau dispositif ne répond que très partiellement aux nombreux problèmes posés par la formation des PES.



En effet ce dispositif de masterisation du recrutement et de la formation des PE continue d’utiliser les stagiaires avant tout comme des moyens d’enseignement à 50% en classe, laissant une part insuffisante à la formation.

C’est ainsi plus de 10.000 postes qui sont économisés rien que dans le premier degré.

La masse de travail demandée aux stagiaires reste trop importante pour des enseignants en formation.



Pour FO la masterisation de la formation et du recrutement des PES doit être abandonnée. FO s’oppose à la double tutelle Université – Education nationale et aux pressions infligées aux stagiaires : FO revendique un retour à une véritable formation initiale et à sa prise en charge pleine et entière par le Ministère de l’Education Nationale.



FO revendique en urgence un allègement du service avec au plus un tiers temps devant élèves. C’est ce que la délégation de la FNEC-FP-FO a répété au Ministre Blanquer lors de l’audience du 24 mai dernier (lire ici)



Le Snudi-FO86 invite les nouveaux PES à adresser leurs questions, leurs remarques et leurs difficultés au syndicat.

Le Snudi-FO86 continuera de défendre et de soutenir les PES et leurs initiatives pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de formation.



6


cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo