Rythmes scolaires : désaveu du CDEN* !
Publié; le 8 mars 2014, mis à jour le 7 mars 2014 | snudi FO

 Le conseil départemental de l’Education Nationale s’est prononcé

ce mardi 18 février sur les nouveaux horaires scolaires.

 

7 contre, 5 abstentions… et seulement 6 pour !

C'est un cinglant désaveu des nouveaux rythmes
scolaires imposés par le décret Peillon !

 

Alors que le Ministre, présente la réforme des rythmes scolaires comme une affaire pliée, le vote au CDEN sur l’organisation du temps scolaire des écoles de la Vienne a réuni une majorité des vote contre, démontrant que l’affaire est loin d’être terminée !

La nouvelle organisation soumise au CDEN ne convainc pas : le décret modifiant les rythmes scolaires n’améliore pas les conditions d’étude des élèves, ni les conditions de travail des enseignants ou des personnels des écoles.

 

FO a demandé le retrait du décret, les représentants du SNUipp-FSU/CGT ont demandé sa réécriture, et « des délais supplémentaires là où l’intérêt de l’enfant n’a pas prévalu ».

Le DASEN se présentant lui-même comme un ancien responsable FCPE a exercé de vaines pression sur les représentants de la FCPE, en expliquant qu’un vote contre, une abstention, ou un refus de prendre au part au vote de la part de la FCPE serait un désaveux de la politique menée par le Ministre en faveur de « l’intérêt des élèves ».

Le SE-UNSA a alors demandé une suspension de séance afin de s’entretenir avec les représentants de la FCPE.

Le SE-UNSA s’est étonné publiquement de se retrouver seul pour défendre cette réforme « dans l’intérêt de l’élève ».

Rien n’y a fait : rendant compte de l’opposition d’une majorité de parents d’élèves et d’enseignants à cette réforme, le vote est un véritable camouflet pour le DASEN et le Ministre.

 

Refus de prendre part au vote : 1 (FCPE)

Abstentions : 5 (FCPE)

Vote pour : 6 voix (dont associations, PEEP, et SE-UNSA)

Vote contre : 7 (FO, FSU-CGT)

 

Ce vote témoigne du rejet grandissant par les enseignants et des parents d’élèves de cette réforme imposé d’en haut, et visant sans le dire à territorialiser l’école, et faire éclater le cadre nationale de l’école publique.

Ainsi trois communes de la Vienne, comptabilisant 6 écoles ont à ce jour fait savoir au DASEN qu’elles ne comptaient pas présenter de POTS (Projet d’Organisation du Temps Scolaire), deux d’entre elles indiquant vouloir conserver la semaine de 4 jours, la troisième étant actuellement à 4,5 jours avec mercredis libérés.

 

Le Ministre doit entendre le rejet qui s’exprime contre son décret. Il doit le retirer.

Le Snudi-FO86 appelle les collègues à l’informer des situations sur leur école, et signer, faire signer la pétition en pièce jointe.

 

Représentant FO au CDEN : Fabien Vasselin

 

* Le CDEN est un organisme consultatif qui réunit 10 représentants syndicaux des personnels, 7 représentants des parents d’élèves, 2 personnalités désignées par le Préfet et le Président du Conseil Général, 1 représentant des associations complémentaires de l’enseignement public, 10 élus (5 conseillers généraux, 4 maires, 1 conseiller régional).

 

Déclaration de la FNEC-FP-FO86

(réponses du DASEN en bas de page)

 

Madame la Préfète,

Monsieur le Président du Conseil Général,

Monsieur le DASEN,

Mesdames et Messieurs les membres du CDEN,

 

Remplacement et liste complémentaire.

Alors que se tient ce CDEN, plusieurs dizaines d’écoles du département ne sont pas en mesure d’accueillir les élèves normalement. En effet, de nombreuses absences ne sont pas remplacées, faute de moyens suffisants, surchargeant les classes, contraignant les enseignants à rendre les élèves aux parents, lorsque cela est possible, et de se répartir les élèves

Enseignants et parents sont en colère face à cette situation qui ne date pas d’aujourd’hui, mais face à laquelle vos réponses renvoient à une sorte de fatalité. Devant ce problème, on voit de nouveau sur certaines écoles les AVS, ASEH ou EVS prendre en charge la classe. Que se passera-t-il en cas d’accident ?

Monsieur le DASEN, pouvez-vous nous informer de la situation du remplacement, du nombre de classes sans enseignants ?

Monsieur le DASEN, nous avons demandé le recours à la Liste Complémentaire du CRPE, qu’en est-il ? Dans la Vienne, deux Professeurs des écoles stagiaires ont démissionné, mettant ainsi à votre disposition immédiate autant de possibilités d’un recrutement sur la Liste Complémentaire du CRPE : pourquoi ces deux démissions n’ont-elles pas été compensées par ces recrutements, alors même que la situation du remplacement sur les écoles l’exige ?

De la même manière, des ineat ne peuvent-ils pas être accordés à des collègues demandant à muter dans la Vienne, afin de faire face aux absences non remplacées ?

 

Dotation rentrée septembre 2014

La situation promet d’être pire pour l’année scolaire 2014-2015. La moyenne d’élèves par classe est amenée à progresser.

Entre le constat de rentrée et les prévisions, ce sont 346 élèves de plus par rapport à la précédente dotation. Pour faire face à cette progression démographique, ce sont 8 postes supplémentaires qui sont attribués par le Ministère, dont seulement 3 postes classes !

Avec plus d’élèves pas classe, comment allez-vous, Monsieur le DASEN, permettre une plus grande réussite des élèves, objectif annoncé du Ministre ?

Monsieur le Recteur résout la quadrature du cercle en annonçant la mise en place de RPI plus nombreux, afin d’optimiser les moyens, expliquant lors du dernier CTA qu’il est pédagogiquement favorable à ce type d’organisation.

Vous-même, lors du précédent CDEN, avez annoncé que le dispositif ECLORE serait l’occasion de revoir le maillage des écoles du département, en opérant des fusions d’écoles, des fermetures d’écoles, etc. Vous déclariez d’ailleurs que ce travail serait facilité par une politique de création de postes dans le cadre des 60.000 créations d’emplois d’enseignants annoncées par le Président sur la durée de son mandat. Or, nous l’avons vu, pour le département, cette révision du maillage se fera avec une enveloppe globalement négative, puisque le nombre d’élèves a progressé et progressera de 0,6%, tandis que le nombre de postes ne progresse que de 0,2%.

Monsieur le DASEN, alors que, sur de nombreuses communes, les IEN ont été envoyés discuter de la mise en place de RPI ou de fusions maternelle-élémentaire, pouvez-vous indiquer au CDEN sur la fermeture de combien d’écoles vos services travaillent actuellement, et le nombre de projets de nouveaux RPI, ou RPI modifiés ? Combien de fusions d’école maternelle et élémentaire envisagez-vous pour la rentrée prochaine ? Le Recteur a dit récemment être favorable à la possibilité de classes de CM2 implantées sur des collèges, comme par exemple à Latillé ou L’Isle-Jourdain. Quel sérieux doit-on prêter à ces propos ?

 

Avec cette dotation négative, on comprend que fleurissent ce genre d’idées, et des dispositifs tels que les conseils écoles-collège et conseils ECLORE, et la réforme des rythmes scolaire proclamant profiter à la réussite des élèves. Il s’agit d’autant de poudre jetée aux yeux des médias et de l’opinion publique, pour tenter de faire croire que le Ministre travaille à la réussite des élèves, et que le primaire est une des priorités de ce gouvernement à la recherche de 50 milliards d’économies et à la manœuvre pour le démantèlement de la sécurité sociale exigé par le MEDEF. L’exaspération de nos collègues rejoint celle de tous les salariés face à ce double discours où le peuple est oublié au profit des intérêts de quelques-uns.

 

Par ailleurs, le peu de postes attribués pour les classes, et la hausse des effectifs par classe disqualifient d’autant les autres dispositifs annoncés par le Ministre. Quels bénéfices peut-on espérer des dispositifs « + de maîtres de classe » et « scolarisation des – de 3 ans », si, dans le même temps, les classes continuent à être surchargées, contraignant les maîtres à disposer de moins de temps par élève ?

 

De la même manière, des critères socio-économiques servent à exclure un nombre important d’élèves en difficulté de toute aide des RASED, au motif que globalement, dans leur secteur, les élèves sont favorisés du fait des revenus de leurs parents.

Monsieur le DASEN, pouvez-vous nous indiquer ce que vous comptez faire pour donner les mêmes droits à tous les élèves de votre département sans préjugés socio-économiques ?

De la même manière, et nous vous avons déjà interpellé à ce sujet, qu’en est-il de l’aide spécialisée CLIN apportée aux élèves non-francophones, qui, et tous nos collègues en font le constat, est insuffisante en terme de moyens sur le département, et notamment à Poitiers ? Que comptez-vous faire face à cette situation d’urgence qui rend difficile le travail de nos collègues, les laissant bien souvent désarmés face à ces élèves, et pénalise la réussite d’un nombre toujours plus croissant d’entre eux.

 

AVS, et EVS/ASEH en CUI

Il a été annoncé par la 1er Ministre à la dernière rentrée la CDIsation des AVS, créant beaucoup d’attentes de la part de ces personnels, de nos collègues enseignants et des familles.

Où en est ce projet de CDIsation ?

Cette annonce a créé également beaucoup d’attente des ASEH en CUI, exclus de ce dispositif. Qu’est-il prévu pour ces personnels qui assurent 75% environ de l’aide à la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire ? Ceux qui verront leur première année de contrat s’achever fin juin, seront-ils renouvelés jusqu’au terme des deux ans ? Quelle formation qualifiante leur est-il proposé ?

Où en est-on également de la formation de ces personnels à la prise en charge du handicap ?

Concernant les contrats précaires d’aide à la direction, combien ont été recrutés à ce jour ? D’autres recrutements sont-ils prévus ?

 

Préparation de rentrée collèges

Dans l’académie, 20 postes sont supprimés en collège (pour seulement 85 élèves en moins). Certes, le département de la Vienne est le moins touché, mais perdrait tout de même un poste pour seulement 16 élèves prévus en moins. De plus en plus de classes seront surchargées à 30. Et les problèmes de remplacement, déjà criants dans toute une série de matières, ne feront que s’aggraver. Si les choses restent en l’état, on va vers une situation qui aura empiré. Pendant ce temps, les Equivalents Temps Plein en HSA (heures sup annuelles) augmentent encore (de 11, 5 dans l’académie), ce qui va accroître la pression sur les collègues, qui, quel que soit leur point de vue sur la question, ne peuvent en absorber indéfiniment. Et tout cela au détriment de la création des postes nécessaires.

 

Il est également plus que surprenant de voir la dotation pour l’enseignement en SEGPA dans la Vienne diminuer dans les prévisions de 0,5 Equivalents Temps Plein, alors que tout le monde sait que des élèves pour qui cette orientation est recommandée attendent indéfiniment une place.

 

Conseils écoles-collège et conseils ECLORE

Les enseignants du primaire en ont assez de la multiplication des réunions obligatoires et des « invitations » à se réunir (sans ordre de mission et donc sans défraiement de leurs déplacements) hors temps de travail, et donc sur leur temps personnel. Cela épuise nos collègues, les semaines sont rallongées, et cela porte préjudice à leu santé.

La FNEC-FP-FO86 refuse les atteintes aux statuts  des enseignants que constituent les échanges de services école-collège, tout comme la territorialisation de l’école.

Nous demandons l’abandon immédiat du dispositif expérimental académique ECLORE.

Nous vous demandons que nos collègues soient clairement informés par vos service que leur participation aux conseils écoles-collège et ECLORE relève du stricte volontariat et que leur absence ne les exposera à aucune représailles. Nous demandons la suppression des listes nominatives adressées par les IEN aux écoles qui sont autant de moyens de contraindre les collègues à participer à ces conseils.

 

Rythmes scolaires

Depuis des mois, la FNEC-FP-FO alerte : le décret sur les rythmes scolaires, (tout comme les conseils écoles-collèges, les échanges de service écoles-collège et ECLORE) ne peut qu'aboutir à la dislocation de l'école publique et à la remise en cause du statut et des conditions de travail des enseignants, mis sous la tutelle des municipalités.

 

Nos craintes sont confirmées par les propos du Président Régional Aquitaine, Alain Rousset, qui lors de ses vœux annonce « une décentralisation totale de l’éducation », et le transfert des enseignants dans le fonction publique territoriale « dans moins de temps qu’on le croit ».

 

On trouve encore la preuve de cette entreprise de démolition dans les documents que vous nous avez remis pour ce CDEN, avec une myriade de fonctionnements différents proposée par les communes de la Vienne proposant plusieurs horaires parfois sur une même école !


Telles communes décident d'adopter des longueurs de journées de classe différentes, telles communes décident d'allonger la pause méridienne (jusqu'à 2h30 !!!), telles communes adoptent deux fonctionnements différents pour l’élémentaire et la maternelle, telles communes adoptent trois horaires différents de sortie l'après midi... Bref, une véritable entreprise de démolition de l'école publique !

 

Les enseignants veulent rester fonctionnaires d’Etat, indépendants des pouvoirs politiques locaux. Le ministre doit suspendre sa réforme (comme le demandent nationalement le SNUDI-FO, la CGT, le SNUipp, les syndicats FO et CGT territoriaux) et abroger son décret.

 

Dans ce contexte la FNEC-FP-FO86 se joint à l’appel à la grève le 18 mars contre le pacte de responsabilité, pour l'augmentation des salaires, pour la création d’emplois statutaires, pour la défense des services publics républicains, pour le maintien intégral des cotisations patronales, pour la défense de la Sécurité Sociale.

Réponses du DASEN de la Vienne

                                                                                         

Dotation rentrée 2014 : « Il y a un engagement de création de 60.000 postes d’enseignants sur la mandature, alors qu’il y a eu avant un nombre plus important de postes supprimés ».

Commentaire de FO : il y a eu entre 2003 et 2012 90.000 suppressions de postes dans l’EN, dont 80.000 d’enseignants.

« Dans le 1er degré la dotation est de 8 postes pour la Vienne. Ce chiffre a été calculé sur un certain nombre d’indicateurs. A titre d’exemple dans l’Essonne il y a 4,9 postes pour 100 élèves, nous en avons 5,2 ici. Le report des opérations de carte scolaire se justifie car c’est un sujet sensible en période d’élections municipales. Nous les commencerons donc après le 31 mars ».

Commentaire de FO : avec 918 élèves en plus à la rentrée prochaine 16 postes sont accordés à l’Académie. Le département de l’Ain, avec + 895 élèves, a une dotation de +41 postes. Pas de réponse sur les RPI.

 

Remplacement, Liste Complémentaire, Ineat : « C’est un sujet toujours sensible à cette période de l’année. Je viens d’un département où c’était plus difficile encore. La situation n’est pas pire que les années précédentes pour recourir à la Liste Complémentaire. Si je recrutais 2 personnes sur la LC en remplacement des PES démissionnaires, vous me reprocheriez de recruter du personnel non formé ».

Commentaire de FO : la grande majorité des reçus sur la LC du CRPE sont actuellement étudiants C2, et déchargent des directeurs ou des collègues à temps partiel un jour par semaine. Cela ne semble pas déranger le DASEN, il ne trouve rien à redire sur leur formation. FO est pour un recrutement de PE stagiaires sur le LC : ce sont des postes statutaires, pas des étudiants payés 700€ par mois ! C’est la fonction de la LC d’être utilisés en cas de manque de remplacement et de démission de PES.

« L’Académie n’est pas déficitaire en terme de poste, le Ministère n’autorisera pas le Recteur à accorder des ineat ou recruter sur la LC ».

 

ECLORE, RPI, fermeture d’écoles : « ECLORE a une vocation pédagogique. Il permet une expérimentation entre des écoles et des collèges. Sur certains territoires une réflexion est nécessaire. Il y une réflexion à avoir sur le maintien de collèges avec 150 élèves. De la même manière des écoles avec 20 élèves sur 2 classes je ne suis pas convaincu que ce soit bien, on ne voudrait pas y mettre nos enfants, il faut être cohérent ».

 

Rythmes scolaires : « L’enquête PISA montre que la France est maintenant légèrement en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE. Continuer à faire comme si tout allait bien est difficile. Pour apprendre il faut y consacrer du temps ».

Commentaire de FO : Les suppressions d’heures de classe dans le primaire, d’heures de cours au collège font qu’un élève de 15 ans évalué par PISA a perdu une année de scolarité sur ces quinze dernières années. Les objectifs de toujours plus limiter les maintiens de classe afin de faire des économies, les pressions exercés sur les enseignants pour renoncer à cette solution en cas d’échec scolaire, le manque de remplaçants dans le primaire et le secondaire, la suppression de milliers de postes de RASED, etc. sont de l’avis d’une majorité d’enseignants les réelles causes du déclassement de la France aux enquêtes PISA.

 

Temps d’activité péri-scolaire (TAP) : « Avant la réforme 20% des élèves bénéficiaient du péri-scolaire. Notre objectif c’est 80%. Ce sont nos propres enfants qui bénéficient du conservatoire de Poitiers : lorsque j’y passe je suis frappé de voir à l’arrière de toutes les voitures ce macaron que nous connaissons ici tous très bien [celui de la MAIF NDLR]. On ne peut pas dire que des activités péri-scolaire c’est bien pour nos enfants, et vouloir en priver les autres. Je suis favorable pour ma part à ce que les TAP soient sur le temps de midi. Comme ça quand l’école est terminée, c’en est fini des apprentissages pour les élèves. Je pense aussi qu’il faut une réflexion sur le contenu de ces activités afin de prévoir des activités relaxantes et reposantes, même pour les élèves les plus âgés ».

Commentaire de FO : Faute de financement pérenne, de nombreuses communes ne seront pas en mesure de proposer des conservatoires de musiques à tous les enfants sans distinction d’assurance auto de leurs parents (sic). Quant aux heures des TAP, ou leur contenu le DASEN fait un vœu pieu : le décret du 24 janvier2013 donne les moyens aux communes de faire strictement ce qu’elles veulent (ou peuvent) pour organiser le temps scolaire et péri-scolaire.

 

Le DASEN répondra sur les autres points lors de l’audience avec FO le 11 mars.

Faites nous remonter vos questions et réactions pour nous aider à préparer la délégation.



Rejoignez FO pour la défense de nos droits et des revendications !

Le Snudi-FO86 souhaite de bonnes vacances à tous les collègues.


cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo